samedi 26 septembre 2015

Vienne, Barbara/Sheller

 

 

Posté par GeraldineBlanc à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 20 juin 2013

Le Racomptoir, scène ouverte

Ce soir grand évènement pour moi, j'ai interprété pour la première fois des chansons devant des gens que je ne connaissais pas. :)

C'était dans le cadre d'une scène ouverte et c'était à Bastille, au bar L'angora. Cette scène ouverte s'appelle Le Racomptoir et est organisée par le Centre de la Chanson, il suffit d'être adhérent et de s'inscrire, et chacun vient présenter à tour de rôle deux chansons devant un public, avant de finir par boire un verre tous ensemble. Et il y a même un piano!

C'était une soirée très enrichissante, d'abord parce que j'adore écouter des gens que je ne connais pas, découvrir des univers et des compositions, ensuite parce que le programme est très varié puisque chacun vient d'horizons différents, sans préselection, avec un bagage plus ou moins conséquent. Ce soir on était une dizaine à chanter je pense.

Pour moi c'était la première fois. Je suis passée au tout début et j'ai interprété deux chansons de Barbara: Mon enfance et Vienne. Ca a été un massacre pour moi en même temps qu'une révélation. J'avais les mains qui tremblaient excessivement, les yeux accrochés à la partition que je n'arrivais pas à lire à cause du manque de lumière (et du stress et du micro dans le champ de vision ^^). J'avais peur mais j'ai adoré ça. Je n'ai qu'une envie, c'est jouer et jouer encore, pour apprendre, pour passer le cap, pour aller plus loin, affiner, progresser, et prendre mes aises, me laisser aller. Y a encore du boulot. Y a un fossé entre ce que je fais toute seule dans mon salon quand personne ne m'écoute et ce que ça rend devant des vrais gens, avec le stress et l'adrénaline cumulés... Et je sens qu'il n'y a qu'un remède à cela, c'est me jeter à l'eau, faire et refaire des scènes ouvertes, des bars ou je ne sais quoi, mais me confronter aux autres, recommencer les mêmes gestes encore et encore pour trouver mes marques. C'est comme ça que j'apprends et je suis à un stade où ça devient un besoin.

Ce soir c'était la dernière du Racomptoir avant les vacances, mais ça reprend, une fois par mois, à partir  de Septembre, et c'est sûr que j'y referai un tour.  Le lieu est super et le principe surtout me convient parfaitement. J'ai découvert des chouettes gens et de chouettes chansons ce soir. J'ai été marquée par certains accompagnements au piano, ça me parait inimaginable de parvenir un jour à mon tour à écrire une musique... Autant les mots me viennent naturellement, mais les mélodies... c'est un langage absolument étranger pour moi... Je garde en mémoire une chanson sur un gang de moucherons, une autre sur un latin lover, j'ai été subjuguée par le texte du début et la chanson de la fin sur le Minotaure, j'ai rigolé à des parodies ... Bref, un super pastiche concentré en une soirée qui donne plein d'envies et d'énergie! Alors En Avant!!

Belle expérience :) Vivement la prochaine!

1006253_646035315425884_679838054_n

 

Posté par GeraldineBlanc à 01:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 21 novembre 2012

Anis, dans tes yeux

Jeudi soir je vais voir Anis en concert à l'EMB de Sannois. Ca fait des années que j'attends ça (je l'ai vu juste une fois en première partie de Jean-Louis Aubert). J'aime la totalité de ses chansons, les deux albums confondus. Son dernier album, Rodéo Boulevard a énormément accompagné une période charnière de ma vie, mélée d'une naissance et d'un deuil, avec notamment la sublime chanson José.

J'adore ce gars, sa voix, son groove, ses mots... les chansons passent et repassent et je ne m'en lasse pas. 

Je me suis essayée  à reprendre sa chanson "Dans tes yeux". Elle est en cours de travail, mais j'avais envie de la partager en l'état. Reprise à ma sauce(il a un style tellement unique, dur d'en sortir...!)

"Bien sûr la vie est hasardeuse

Tellement trop courte et capricieuse

Injuste, odorante et visqueuse

C'est peut-être ue auto-stoppeuse

Déroutante, excitante, farfelue et farceuse

Jonchée d'épines et de courbes délicieuses

Peut-être même que c'est une chieuse

C'est vrai, c'est vrai

Bien sûr que la vie est précieuse."

Posté par GeraldineRuellan à 00:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 5 septembre 2012

Du bout des lèvres, Barbara

 

Bonne rentrée à tous!

Qui dit rentrée dit du temps pour me remettre à la musique :) 

Voici une nouvelle reprise de Barbara, et cette fois c'est la guitare qui m'accompagne.

"Dites-le moi du bout des lèvres

Je l'entendrai du bout du coeur

Vos cris me dérangent, je rêve

Je rêve...

Venez donc me parler d'amour

A voix basse, dans ce contre-jour

Et faites-moi je vous en prie.. Silence!"

 


Posté par GeraldineRuellan à 10:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


mercredi 9 mai 2012

Il changeait la vie, Goldman

Bonjour à tous,

une petite aparté aujourd'hui pour partager avec vous un p'tit moment précieux comme je les aime. 

Une après-midi avec Jean-Pierre. Quoi? Comment? Il a un prénom?? mais non, impossible, on ne dit pas Jean-Pierre, on dit Monsieur Thisse :) même si on a 31 ans!

Monsieur Thisse, c'était mon "maître" en cm1 et en CM2. De ces maîtres charismatiques qui comptent, ceux qui marquent et qui laissent des traces. Ceux qui inspirent. Mon maître et celui de toute ma classe, de tous ces amis qui sont encore auprès de moi aujourd'hui et pour qui le ressenti est le même, je le sais bien, là-haut comme ici bas.

Monsieur Thisse, c'est aussi devenu un "ami", enfin, une personne qui continue à compter au fil du temps qui passe. Et pour l'occasion, et pour le plaisir de partager cette après-midi ensemble, on a sorti la guitare (Monsieur Thisse sans sa guitare? ce ne serait pas monsieur Thisse) et on s'est approchés du piano. La voix n'a pas changé, ni l'humour, ni les yeux qui brillent. 

Et pour l'occasion, quoi de plus évident que de lui proposer une chanson de Goldman? (Monsieur Thisse et Goldman, c'est aussi toute une histoire, il y a des choses indissociables comme ça) Pas n'importe quelle chanson bien sûr: "Il changeait la vie". Bah oui parce qu'elle fait partie des chansons évidentes qu'on a envie de partager avec lui. Juste pour lui dire merci pour ces belles années à ses côtés.

Et la boucle est bouclée puisque ce métier qui était le sien est devenu le mien aujourd'hui. La guitare m'accompagne moi aussi, comme par une habitude bien naturelle... et l'envie, et le plaisir... 

Pour le côté pratique, on a eu de nombreuses galères techniques avec mon enregistreur qui faisait des siennes.  J'ai sauvé la chanson de Goldman, mais pour Mistral Gagnant, il ne me reste que la version mal cadrée, la deuxième prise, qui était bien sûr "hachement" mieux ne répond plus.... le reste a buggué... un peu d'indulgence donc ca reste du bricolage!

Merci Jean-Pierre pour ce p'tit passage par chez nous, et à bientôt "dans ce village dont le nom m'a échappé".... ;)


il changeait la vie, Goldman

 

Mistral gagnant, Renaud (sans décalage son image!)

 

Posté par GeraldineRuellan à 15:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 29 avril 2012

Je ne sais pas dire, Barbara

 

 

leemage_dm000651

Voici la dernière reprise sur laquelle je travaille depuis plusieurs semaines, c'est une chanson de Barbara.

Je suis contente parce qu'en la travaillant sur le long terme, j'ai dépassé un cap au niveau du piano. J'ai vraiment pris le temps de mémoriser et d'absorber la partition. je peux tout à fait m'en détacher. Ca me permet de pouvoir vraiment l'imbriquer au chant, à la respiration, à la pensée. Je préfère.

Je l'ai travaillée pour la chanter lors d'une rencontre Art et Psychanalyse à Saint-Paul de Vence le 30 juin prochain (samedi !) sur le thème Dévoilement ou révélation dans la création artistique.

Pourquoi cette chanson tout particulièrement? D'abord parce qu'elle me parle et me plait. Ensuite en rapport avec le thème "Dévoilement ou révélation". 

J'écris et je chante pour me dévoiler aux autres mais surtout pour me révéler à moi-même. Chaque mot que j'écris ou que je reprends en chantant sont des mots que je n'ai jamais pu dire et que je ne pourrais jamais dire autrement qu'en leur donnant une forme artistique, après les avoir mûris et malaxés dans mon corps et dans mes pensées.

C'est pour tous les mots que je ne dis pas (parce que "je ne sais pas", "je ne peux pas", "je n'ose pas") qu'écrire et chanter me sont absolument nécessaires. 

Bonne visite :)

 

 

 

Posté par GeraldineRuellan à 12:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 30 mars 2012

Amoureuse, Véronique Sanson

Cette chanson-là c'est pour télérama http://wizzz.telerama.fr/ateliersanson

A l'occasion des 40 ans du premier album de Sanson, Amoureuse, Jeanne Chéral le reprend intégralement. 

C'est vrai que c'est un album simple, équilibré, concentré. Cette chanson m'accompagne depuis longtemps, elle est aussi difficile qu'agréable à chanter. Elle est sensible, elle est légère, elle est technique et aussi émouvante. 

Il reste encore le mois d'avril pour envoyer la chanson, je vais continuer de la travailler pour la paufiner.

Bonne journée :)

Géraldine


Amoureuse, Véronique Sanson

Posté par GeraldineRuellan à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 13 mars 2012

I was here, Renan Luce


I was here, Renan Luce

Posté par GeraldineRuellan à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 2 mars 2012

Perlimpinpin, Barbara


Perlimpinpin, Barbara

 

Pour qui, comment quand et pourquoi ?
Contre qui ? Comment ? Contre quoi ?
C'en est assez de vos violences.
D'où venez-vous ?
Où allez-vous ?
Qui êtes-vous ?
Qui priez-vous ?
Je vous prie de faire silence.
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
S'il faut absolument qu'on soit
Contre quelqu'un ou quelque chose,
Je suis pour le soleil couchant
En haut des collines désertes.
Je suis pour les forêts profondes,


Car un enfant qui pleure,
Qu'il soit de n'importe où,
Est un enfant qui pleure,
Car un enfant qui meurt
Au bout de vos fusils
Est un enfant qui meurt.
Que c'est abominable d'avoir à choisir
Entre deux innocences !
Que c'est abominable d'avoir pour ennemis
Les rires de l'enfance !


Pour qui, comment, quand et combien ?
Contre qui ? Comment et combien ?
À en perdre le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du Perlimpinpin
Dans le square des Batignolles !
Mais pour rien, mais pour presque rien,
Pour être avec vous et c'est bien !
Et pour une rose entr'ouverte,
Et pour une respiration,
Et pour un souffle d'abandon,
Et pour un jardin qui frissonne !


Rien avoir, mais passionnément,
Ne rien se dire, éperdument,
Mais tout donner, avec ivresse
Et riche de dépossession,
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne pas parler de poésie,
Ne pas parler de poésie
En écrasant les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour au murs gris
Où l'aube n'a jamais sa chance.


Contre qui, comment, contre quoi ?
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
Pour retrouver le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du Perlimpinpin
Dans le square des Batignolles.
Contre personne et contre rien,
Contre personne et contre rien,
Mais pour toutes les fleurs ouvertes,
Mais pour une respiration,
Mais pour un souffle d'abandon
Et pour ce jardin qui frissonne !


Et vivre, vivre,  passionnément,
Et ne se battre seulement
Qu'avec les feux de la tendresse
Et, riche de dépossession,
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne plus parler de poésie,
Ne plus parler de poésie
Mais laisser vivre les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour aux murs gris
Où l'aube aurait enfin sa chance,

Barbara

Posté par GeraldineRuellan à 09:54 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,