jeudi 7 février 2013

Instants croqués: histoires de filles

Un téléphone vibre. Un coeur s'accélère, un sourire aux lèvres, des gloussements de filles.

Karine a 15 ans, elle traîne au centre commercial avec sa meilleure amie Nine et son chéri. Il est quinze heures trente, c'est un jour de soldes. Elle a eu la mauvaise idée de sortir habillée comme un sac sûre que cette après-midi-là serait une après-midi pour rien après les désillusions de la veille et voilà que son téléphone a sonné, voilà qu'il lui a demandé de le rejoindre alors qu'elle pensait ne plus le revoir. Quelques mots déposés sur un écran tactile. Chez moi dans 15 minutes?

Qu'est-ce que je fais? Ça fait des mois que j'attends ce moment... je ne peux pas y aller comme ça, j'ai l'air de rien! 

C'est dans ces moments là que c'est bon d'avoir 15 ans encore et sa copine à portée de cœur, perdre la tête, écouter ses pulsions, se laisser porter par la vague, faire d'une banalité un souvenir indélébile.


Bon alors qu'est-ce que je fais? ... Qu'est-ce que tu fais? Bah tu t'achetes des dessous et une paire de collants, tu cours chez Monop' et t'oublies pas de prendre du déo en passant. Y a une robe toute neuve dans la voiture de ma mère mais on a déjà plus que 10 minutes devant nous alors gooo! Ça te dérange pas mon chéri, c'est une urgence là, il faut que je m'occupe de ma copine, je te retrouve juste après.


Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux se voir dans de meilleurs conditions? Ce serait dommage de gâcher ce moment tant attendu. Hésiter cinq minutes, peser le pour et le contre, trouver cette situation complètement absurde. Adorer ça.

Courir a travers la foule du samedi, trouver un soutif, chercher désespérément dans les bacs le string assorti et à la bonne taille, répondre aux SMS de l'impatient qui se demande où je suis, si je viens. Faire monter le désir, attendre notre tour à la caisse sans perdre une seconde d'un temps précieux. Laisser Nine me maquiller dans la file en piétinant, en rigolant comme deux baleines, aux yeux de tous mais seules au monde. Un oeil, deux yeux. Laisse-moi faire je te dis, tu vas être magnifique. Payer. Non merci, pas de sac, c'est pour consommer tout de suite. Vous auriez des ciseaux...? C'est pour l'etiquette! Courir à Monop' comme des andouilles, laisser Nine faire la queue pendant que je cours les rayons. Ralentir devant les préservatifs... Et puis non, c'est quand même à lui de gérer ça. Répondre aux SMS. Payer. Courir à nouveau. Traverser la foule. Atteindre le parking. Retrouver la voiture. Demander à Nine de faire le guet. Me déshabiller en ricanant bêtement, à toute vitesse, des pieds jusqu'à la tête sans oublier le déo. Me retrouver nue dans une voiture au fond d'un parking. Enfiler les jolis dessous, les collants, la robe. Ajouter mon manteau. Rien de plus. Tant pis pour le froid. Enfourner les habits sales au fond du sac. Verrouiller la voiture et courir encore, lâcher ma copine comme une voleuse et courir de plus belle, entre deux SMS, courir jusqu'à lui, courir jusqu'à ma première fois, un sourire aux lèvres, le cœur battant, courir pour évacuer la peur, l'émotion, le rire nerveux et les larmes aux yeux, tourner au coin de la rue et courir encore. Numéro 17, je m'arrête. Essoufflée.Je prends mon inspiration, je fais le code, je referme la porte derrière moi et je monte les escaliers au septième ciel. 18 minutes top chrono. J'espère qu'il n'est pas trop tard. J'espère qu'il est encore là.


J'ai 15 ans. Encore 15 ans. 15 ans à nouveau. Je ne sais plus, j'oublie. L'horloge s'est arrêtée. Je ferme les yeux. Je rouvre ses bras. Apprêtée, maquillée, parfumée. Le sourire aux lèvres et ses lèvres sur les miennes.

Posté par GeraldineBlanc à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


dimanche 25 mars 2012

Dimanche 25 mars 2012

Bonjour à tous! unech

La semaine fut ensoleillée, je me suis peu penchée sur mon ordi :) mais j'ai bien avancé sur mon manuscrit. Un crayon, un papier, ça se trimballe n'importe où!

Un nouveau texte sur mon blog, extrait de mon roman:

Sourire (être) 

Et tous les anciens textes à revisiter bien sûr ... :)

Bonne fin de journée à vous! Chez nous le dimanche fut barbecuté, quel bonheur de retrouver un goût d'été!

A bientôt

Géraldine 

 

Pour rejoindre ma page Facebook, c'est par ici: https://www.facebook.com/pages/Une-chanson-lente/284530104926823

Pour découvrir mon autre blog, c'est par là: http://uneautreecole.canalblog.com/

Partagez! Faites tourner!

 

Posté par GeraldineRuellan à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 11 mars 2012

Dimanche 11 mars 2012

Bonjour à tous et bienvenue au rendez-vous du dimanche!

Je sens qu'il est temps pour moi de passer à une nouvelle étape. J'ai envie de retravailler mon manuscrit, maintenant que j'ai laissé la pâte reposer (5 mois). Je ne peux pas en rester là. C'est une certitude. J'ai besoin d'aboutir ces heures de travail, d'aller au bout de ce projet qui fait force de nécessité en moi.

Je suis repartie pour plusieurs semaines intensives. Je vais reprendre mon manuscrit dans le but cette fois-ci de le partager, de le donner à lire, de l'achever (j'ai du mal avec ce mot-là, mais je vais tenter en tous cas). Je commence à éplucher les petites maisons d'éditions que je connais très mal puisque comme 99% des gens j'achète surtout des livres dont on parle, ses livres qui sont sur les rayons de la Fnac :) donc je connais très peu de maisons d'éditions indépendantes.

Je vais donc en profiter pour lire des ouvrages de ces maisons-là pour mieux en cerner les lignes éditoriales, et découvrir de nouveaux horizons! Je viendrais partager mes découvertes avec vous au fil du temps.

 

         Cette semaine sur mon blog,  une nouvelle catégorie: "petites douceurs/petites douleurs" qui parle des bonheurs et souffrances du quotidien, et quatre nouveaux articles:

Découvrir (Aimer): La première fois. Découvrir. Se découvrir, découvrir l'autre. Et se perdre. (extrait du roman)

Grandir (Petites douceurs/petites douleurs) ou retourner vers ses racines

Cododoter (Petites douceurs/petites douleurs)ou la vie nocturne intense des parents d'enfants en bas âge :)

S'enraciner (Petites douceurs/petites douleurs). Certains reconnaîtront ce lieu où beaucoup d'entre vous sont passés... (extrait du roman)

 

Bonne visite et à bientôt!

Géraldine

 

Pour rejoindre ma page Facebook, c'est par ici: https://www.facebook.com/pages/Une-chanson-lente/284530104926823 

Pour découvrir mon autre blog, c'est par là: http://uneautreecole.canalblog.com/

Partagez!      Faites tourner!

 

 

dimanche 29 janvier 2012

Dimanche 29 Janvier 2012

Bon dimanche à tous!

Une deuxième vidéo cette semaine et beaucoup moins d'écriture... 

Cette dernière chanson est pour Mathieu, fan de Jean-Jaques Goldman à ses heures! Il y a 11 ans aujourd'hui que l'on s'est embrassé pour la première fois. 11 ans de hauts, 11 ans de bas. De bas très très bas, de hauts à reconquérir chaque jour qui passe. Et la route est encore devant nous !

Alors voilà, aujourd'hui, je l'avoue, je n'en suis pas toujours très fière mais je l'avoue quand même, Goldman, il a certaines chansons qui me plaisent, qui me parlent, qui me touchent, même parfois qui me font couler une larme. Voilà c'est dit :)

Faut dire que j'ai été à bonne école puisqu'en classe de CM1 CM2 toute notre classe a baigné dedans grâce à un certain maître guitariste et chanteur sur les bords :)

Et ça ça laisse des traces!

Bonne écoute à vous et à dimanche prochain,

 

Voici les liens de la semaine

- Flâner (Aimer): une ode à Paris la belle

- Vancouver, Véronique Sanson, reprise piano et voix

 


les p'tits chapeaux, Jean-Jaques Goldman

Posté par GeraldineRuellan à 11:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mardi 10 janvier 2012

Demander

Il y avait cette femme. Bénédicte. Et ce samedi-là à ses côtés avait pris son temps. Á parler puis à boire, à boire puis à fumer, et partager encore. Pour aller au plus près de l’autre. Débats passionnés, échanges sincères. S’emporter et se laisser aller. Baisser les armes.

Il y avait eu ces impressions, ce ressenti. Ces regards portés, insistants, cette voix plus douce, ce ton propice à l’intimité.

L’avait-elle réellement frôlé ou bien était-elle simplement passée un peu trop près ? Par inattention ou par familiarité.

Il ne l’avait pourtant pas rêvée cette proximité.

Un désir, un jeu de séduction. Sur un fil, difficilement discernable.

Et depuis, comme une distance entre eux deux. Comme une gêne qui se serait insinuée à ce dernier rendez-vous.

 

Mais non, ce n’était pas possible, il n’y avait rien eu de tout cela. Il divaguait, il s’égarait. Le téléphone entre les mains, il ne lui manquait plus que l'audace pour en avoir le coeur net.

Provoquer une réalité. Crever l’abcès. Sortir du peut-être.

 

Thomas ne sait pas parler.

Il sait parler bien sûr. Mais il ne sait pas se dire avec exactitude.

Avouer ce qui lui plait, ce qu’il veut vraiment, sincèrement, profondément. Confronter ses rêves à la réalité des autres.

 

Et par-dessus tout, il ne sait pas demander. Que ce soit important ou anodin. Que ce soit vis-à-vis de sa femme, son voisin, son chef, sa collègue, ses amis, la caissière ou le serveur de la brasserie du coin.

Que les gens comptent ou qu’ils lui soient étrangers, il ne sait pas demander. « Est-ce que je peux vous envoyer le lien de mon blog ? […] Est-ce que vous pouvez plier mes chemises plutôt que les poser sur cintre ? […] Est-ce que les messages que je t’envoie te touchent ou est-ce qu’ils te gonflent ? […] Est-ce que ma fille pourrait récupérer la corde à sauter que vous lui avez confisquée la semaine dernière?»... « Est-ce que je te plais ? »

Demander est pour lui comme douter de la personne en face, peut-être lui manquer de respect ou la remettre en question. Et puis le silence a l’avantage de laisser toutes les portes ouvertes. Le champ des possibles à l’infini.

Alors que demander dissipe les malentendus. Simplement, spontanément.

 

Thomas n’est ni simple, ni spontané. L’esprit toujours prend le pas sur le reste, prend le contrôle pour censurer la parole. « Bénédicte, dis-moi… juste pour savoir à quoi s’en tenir… y a-t-il de la séduction entre nous ? »

 

Il aurait été tellement plus simple d’en parler sur le moment. La phrase avait tourné dans sa tête pourtant. Cette vieille phrase qu’il connaissait bien pour ne l’avoir jamais prononcée à voix haute. C’était une vieille histoire. Et son cœur palpitait.

Est-ce que tu ressens l’intensité de mon regard sur toi ? Est-ce que tu remarques mon attitude troublée ? Est-ce que c’est ok pour toi cette promiscuité-là ? Mon corps qui te frôle parfois et mon cœur qui bat un peu trop vite ?

Saurais-tu me dire non si je t’importunais ? Me dire je t’aime bien mais ce n’est pas ça que je cherche, ce n’est pas ça qui nous relie. Ton attitude me gêne parfois. Il n’y a pas d’ambigüité entre nous. Jamais. Il n’y en a jamais eu. Je t’aime beaucoup. Restons amis. Saurais-tu me dire cela ?

Me l’as-tu dit déjà et je n’aurais pas su t’entendre ?

 

En avoir le cœur net. Faire la part des choses. Distinguer le fantasme de la réalité.

Dans la réalité, ses mains à lui s’étaient attardées, un peu plus que d’habitude, au détour d’une cigarette allumée ou d’un verre à remplir. Sans être tout à fait sûres d’elles-mêmes. Et puis la culpabilité. La honte aussi. Et le besoin de refouler et de calmer un peu le chaos intérieur.

 

Entre eux avec certitude depuis toujours une immense affection. Il y avait toujours eu l’admiration, le respect, la tendresse.

Mais y avait-il eu aussi le désir ? Qui serait venu s’immiscer.

Y avait-il toujours eu le désir ? À demi-mots.

 

Thomas savait dans son corps malgré lui le trouble, l’excitation. L’amitié se confond-elle parfois, se confond-elle toujours ?

Ce désir était-il en lui, ou lui était-il suggéré par son attitude à elle. Une faiblesse à son égard.

 

Il fallait en parler. Il fallait qu’il sache une fois pour toutes.

Oui mais qu’il sache pour faire quoi, pour aller où ?

 

Est-ce que ça change quelque chose, est-ce que ça change tout ?

 

« Oui, c’est vrai, tu as vu juste, mon regard était plus insistant que d’habitude, mes mains s’attardaient de trop, mes mots te caressaient. Oui, il y avait une hésitation, un désir évident de l’un jusqu’à l’autre. »

 

Et après ?

Qu’est-ce que ça change ? Qu’est-ce que ça fait ?

 

Ça ne change rien. Ça ne fait rien.

Ça va mieux en le disant ou bien justement ça n’existe que parce que c'est tu, parce que c'est suggéré. Maladroitement. On le sait, on le sent, on le provoque, on l’entretient, mais ça ne va pas plus loin.

 

Je te désire. Tu me désires et c’est ainsi. Ainsi que nous fonctionnons. Ainsi que nous nous aimons. Dans le silence de cette attirance contenue.

 

C’est bizarre quand même. Peut-être je me trompe. Peut-être je me prends trop au sérieux. Peut-être je joue tout seul.

Et peut-être pas.

Posté par baptisteruellan à 18:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,