vendredi 24 mai 2013

Pensées emmêlées: un arbre

Hier j'étais forte, aujourd'hui plus rien. Clouée sous ma couette. 

Hier j'étais libre et je me suis enchaînée toute seule au premier arbre qui passe. Un arbre qui parle, qui parle, et qui ne sait pas s'arrêter, à ce qu'il disait. 

Sauf que lorsqu'il s'arrête puisque tout s'arrête un jour, il ne reste que le silence. Un nouveau silence. Ou plutôt un vieux silence bien connu qui vient refaire surface. Un silence d'absence, un silence de manque, un silence qui plombe, qui pompe l'énergie. Un silence qui crie encore, encore, pourquoi plus, pourquoi toi? Pourquoi toi d'un coup et puis plus toi? Tout reste.


Le silence, les odeurs, la mémoire. Tout reste, il ne manque que toi.

 

 

Posté par GeraldineBlanc à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


mercredi 13 mars 2013

Pensées emmêlées: Heureux

Heureux, juste heureux. D'être là.

Être moi. N'être que moi.

Auprès des miens. Tant de miens qui me font du bien. Avoir quitté parfois et retrouver surtout. Partager ma route.

Heureux de ne plus avoir besoin de convaincre. Avoir remis en cause les convenances, avoir fui les faux-semblants, recommencer sans relâche. Comme une vigilance de chaque instant.

Dans les épreuves, avoir perdu pieds et m'être relevé.
M'arrêter là un moment. Savourer le chemin parcouru. Ce chemin qui n'est que le mien. Les élans comme les impasses.

Heureux d'être si souvent allé là où je n'aurais jamais cru. Au bout du bout. Avoir repoussé mes limites, avoir cru atteindre l'impossible et être allé pourtant plus loin encore, comme si c'était possible, comme une femme accouche. A chaque fois, en être revenu.
Heureux que ce soit ça la vie, que ça remue, que ça bouscule.

Heureux que les enfants soient ce qu'ils sont. Avec leurs débordements, leurs cris, leurs pleurs, leurs rires, leur immédiateté. Ces enfants qui m'élèvent en me poussant d'un coup franc dans mes retranchements, là où je n'aurais jamais été que sur la pointe des pieds sans eux.

Et quel bonheur de savoir grandir encore...

Posté par GeraldineRuellan à 23:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 5 mars 2013

Pensées emmêlées: Et si c'était vrai?

Des feuilles circulent, anonymes. Du papier sur lequel il avait fallu coucher quelques mots, pour parler de soi. Un exercice classique pour se présenter. Ces feuilles circulent et endossent tour à tour d'autres voix et voilà que j'entends mes mots résonner dans le corps d'un autre. Des mots parmi tant d'autres. Je crois que ça me donne le tournis.

Au même instant, le silence dans la salle devient plus attentif. Chacun tend l'oreille, surpris? ému? étonné?

... "C'est joliment dit!"

Approbation générale et puis le murmure revient et chacun retourne à ses occupations alors que moi je m'arrête là. Une légère chaleur à mes tempes, un coeur qui bat un peu plus fort, le regard qui scrute les visages alentour. 

Et si c'était vrai?

Si c'était vrai que j'avais la facilité d'aligner les mots, si c'était vrai qu'il y avait une humanité particulière qui s'en dégageait timidement, si c'était vrai qu'il m'arrivait de toucher l'autre parfois, de le faire raisonner. Si c'était vrai... 

Posté par GeraldineBlanc à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 22 février 2013

Pensées emmêlées: Ces gens-là (... les autres, hein, pas moi!)

Les adultes sont comme les enfants parfois. Ils ont besoin de bons et de méchants. 

Mais les méchants dans le monde des adultes ne sont ni des dragons, ni des loups, ni des sorcières. Ils ont d'autres profils (tout aussi reconnaissables).

Il y a ceux qui sont sans-gêne, ceux qui sont irrespectueux, ceux qui conduisent comme des manches, ceux qui ne savent pas mettre un clignotant, ceux qui mentent, ceux qui ne disent jamais merci, ceux sur qui on ne peut pas compter, ceux qui trompent leur femme, ceux qui arrivent toujours en retard, ceux qui sont sales, ceux qui jugent les autres, ceux qui ont un avis sur tout, ceux qui prennent la rue pour une poubelle, les malpolis, les beaufs, les ploucs, les profiteurs, les voleurs ...

Je m'insurge, je m'énerve, je m'emporte face à ces cons qui ne comprennent rien, qui n'ont aucun savoir-vivre, non mais vraiment, comment est-ce possible? Comment ont-ils été éduqués?

D'ailleurs c'est vrai, parlons-en des parents. Pas ces parents-là qui n'auraient pas éduqué leurs enfants, non. Tous les parents.

Les adultes qui deviennent parents ont encore plus que les autres besoin de bons et de méchants. Pour se rassurer. Et les méchants, ce sont les mauvais parents.Ces fameux parents qui n'éduquent pas leur enfant. Les laxistes, les inconscients, les démissionnaires, ceux qui se font marcher dessus, ceux qui ne regardent pas les devoirs, ceux qui partent en vacances avant la fin de l'école, ceux qui donnent à manger n'importe quoi(des chips, des bonbons, ou horreur du McDo...).

Les méchants, ce sont tous ces autres dont tout le monde parle comme si c'était une évidence. Tous ceux-là qui ne sont pas moi ( ni toi que je connais bien entendu, ni lui non plus bien sûr). On a tous les mêmes méchants. 

Mais si tout le monde pointe du doigt les mêmes méchants, où donc peuvent-ils bien se trouver? Qui sont-ils? 

Et si ces gens-là étaient des gens comme moi? Et si moi aussi j'étais de ceux-là? Comme tout le monde. Et si il y avait du mauvais en moi. Du mal élevé, du laxiste, du débordé, du bordélique, du menteur, de l'égoîste parfois?

Et si c'était tant mieux? De n'être qu'un homme imparfait parmi les autres.

 

 

dimanche 10 février 2013

Pensées emmêlées: réduit à l'essentiel

Il n'y a qu'une chose qui soit importante, c'est de mourir un jour et d'être vivant encore.

Posté par GeraldineBlanc à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 30 janvier 2013

Instants croqués: Princesses et châteaux forts

S'enfouir dans ses rêves comme sous une couette. Retrouver la chaleur et se sentir en sécurité. Forteresse imprenable qu'est le fil de mes pensées...

 

 

Posté par GeraldineBlanc à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 14 janvier 2013

Pensées emmêlées: les vacances

Les vacances c'est comme le dessert.

A quoi bon survivre à demi en attendant d'être enfin vivant? A quoi bon les haricots verts avant la mangue juteuse? Et pourquoi?...  Bien sûr attendre et retarder, parler, lire, rêver pour mieux savourer, ça a du bon; ça accélère le coeur, ça nourrit, ça transporte, c'est déjà les vacances, c'est déjà le dessert!

Mais subir avant la délivrance, c'est intolérable, être balloté de vague en vague, de haut en bas, d'extases en concessions, non. Il n'y a pas à courber le dos avant de s'envoler. Il y a juste à ouvrir la poitrine et inspirer profondément, il y a juste à sentir la force du vent, tendre les bras et suivre le cap qui nous ressemble. Manger ce qui nous rassasie, accepter ce qui nous fait du bien, vivre ici et maintenant.

Plus de dessert, plus de vacances, mais de la saveur au quotidien, le jour, la nuit, entre deux soucis, deux colères, entre deux larmes, de la saveur dans les haricots verts, de la saveur à l'ouvrage quel qu'il soit, de la saveur dans un regard, dans une rencontre, dans une absurdité ... De la saveur!

PS: AAAAh! qu'est-ce qu'on est bien au chaud chez soi à manger des haricots verts ;)

Posté par GeraldineRuellan à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,