mardi 30 avril 2013

Benoît Dorémus

A 32 ans je me découvre solitaire. Etre seule au milieu des autres, observer, écouter, me laisser bercer, ça me ressource, j'adore ça. 

Hier soir, je suis allée (seule donc!) aux 3 Baudets à Paris assister au concert de Benoît Dorémus et je ne regrette pas de m'être motivée. Deux chouettes découvertes m'attendaient: Benoît Dorémus sur scène, que je ne connaissais pas et le théâtre des 3 Baudets, depuis le temps que je voulais y mettre les pieds. Une belle salle de théâtre, feutrée et intimiste. Un chouette concept aussi avec les "soirées Trois Baudets": trois artistes le même soir.

Première partie: un nouvel artiste quasi inconnu à découvrir pendant 15 minutes. Deuxième partie: un artiste déjà un peu plus rôdé qui joue pendant 30 minutes. Troisième partie: un artiste confirmé en tête d'affiche pour clôturer la soirée pendant une heure (c'était un peu court une heure d'ailleurs, ça laisse sur sa faim!). Du coup, j'ai carrément acheté le pass pour toute l'année (j'ai déjà raté Bensé au début du mois d'avril...) 

300227_618384094841666_2019618813_n

 

Je me suis assise au premier rang (oui c'est une -rare- salle avec des places assises) et j'ai attendu que le spectacle commence en regardant les gens prendre place, en attrappant au vol des bribes de conversation sur le pourquoi du comment ils avaient connu Benoît Dorémus. J'aime ce moment d'avant. La soirée s'installe, tout est à venir et moi je m'imprègne de ce qui m'entoure. Ca permet un sas entre la vraie vie et le spectacle. C'est un temps nécessaire. Et quand les lumières s'éteignent, rester les yeux grands ouverts dans le noir fixés sur la scène. J'aime les techniciens avant et après qui montent et démontent la scène, déplacent, mettent en place. J'aime la première note, le premier regard sur l'artiste et j'aime aussi le moment où je deviens captive. Quand je me laisse embarquer... C'est bon de se laisser embarquer ailleurs, entendre d'autres mots, d'autres mélodies, faire connaissance.

Hier en première partie, il y avait Claire, avec une belle voix, chaude et douce à la fois, qui venait faire contraste avec la fragilité de ce que cette jeune fille dégageait du haut de ses 16 ans. En deuxième partie, il y avait Emilie Plaitin, dans un style très éloigné de ce que j'écoute habituellement (électro pop) mais qui a réussi à laisser vagabonder mes pensées et à faire émerger plein d'images et d'idées dans ma tête. C'était un moment étonnant.

Et puis enfin, Benoît Dorémus, là, c'est tout ce que j'aime, un gars seul avec sa guitare, des textes qui m'embarquent, une dose d''humour qui ajoute au charme et une présence sur scène sans temps mort qui passe à toute vitesse. D'une chanson à une autre avec plaisir. Je n'en connaissais aucune, ça ne m'a pas empêchée d'être enchantée. Aucun moment de saturation à l'écoute de textes inconnus. Juste de la curiosité et du bon temps. C'est fluide, c'est agréable et entraînant. Et puis, il y a eu la surprise de voir Renan Luce, qui était dans la salle et a rejoint Benoit sur scène pour un duo. 

Une bière au bar pour finir, d'autres bribes de conversations attrappées au vol à nouveau sur les ressentis de chacun à chaud, regarder les gens se faire prendre en photo avec les artistes (ces mêmes gens et ces mêmes photos que je retrouve sur facebook aujourdh'ui, c'est marrant la vitesse et l'étendue de diffusion grâce à internet, maintenant j'ai presque l'impression de connaître un peu tous ces inconnus d'hier à tant les avoir observés :)

Avant de redescendre les escaliers j'ai à mon tour échangé quelques mots avec les artistes pour leur dire combien j'avais apprécié cette jolie petite soirée. Et puis retour aux bercailles.

Belle nuit à vous et bonne écoute à ceux qui ne connaissent pas encore! Je n'ai pas trouvé beaucoup de vidéos sur Dailymotion (y en a + sur YouTube on dirait). Cette chanson-là a été reprise par Renaud je crois dans son dernier album: ça s'appelle "Rien à te mettre"

J'ai bien apprécié la dernière chanson en rappel qui m'a trotté dans la tête toute la journée: la femme de ma vie.

Bon bah yapluka aller acheter le cd maintenant :)


mardi 9 avril 2013

Renan Luce

Quand je me plonge dans l'univers d'un artiste que j'aime,  c'est toujours jusqu'à m'y noyer. Après plusieurs mois de Berry  intensifs, me voilà revenue à Renan Luce. Un peu comme les enfants je suis monomaniaque. Quand j'aime quelqu'un je l'aime entièrement, et je l'écoute, je le lis, je le relis, je le murmure, je m'en imprègne jusqu'à atteindre les mouvements de ses pensées jusqu'à les mêler aux miens, jusqu'à atteindre ses inspirations, ses soupirs, ses hésitations.

A vrai dire, j'aime certain(e)s auteurs, certain(e)s interprètes comme on cherche un homme, comme on trimballe ses amis. L'impression de se trouver pile au bon endroit. 

Je me sens portée par la musique (qui vient pour ma part souvent en deuxième plan, le premier contact étant celui des mots), je sens mon corps se mettre en mouvement, mes souvenirs s'éveiller, les mots s'inscrire dessus, goûteux, je les écoute mille fois avec le même plaisir, je suspend mon souffle en attente du ver, de l'association de mots, de la sonorité qui me renverse à chaque fois avec certitude. Ce presque rien, cet infiniment petit qui se glisse entre les mots, qui me lie à celui qui les prononce dans une vérité absolue qui colle absolument au corps, au coeur, au vécu, qui résonne, qui vibre, qui transcende, qui désarme.

Je m'habille de ces mots qui m'accompagnent. Ca m'aide à penser, ça m'aide à rêver, ça me fait palpiter. Ca m'aide à écrire aussi. Ca nourrit mon imaginaire et ça m'entraine au fond de moi. Je me surprends à y découvrir des nuances inconnues. Comment est-ce que je peux être toutes ces personnes à la fois? Comment peut-il y avoir une telle infinité en moi qui se crystalise pourtant en un unique endroit, un lieu exact. Là où ça fait du bien. Là où je me sens vivante.

Renan Luce fait partie de ces artistes que j'aime. Je suis sensible à ce qu'il dégage. Le grain de sa voix, les sonorités, les mots qui s'emmêlent, son regard, sa réserve, le monde qu'on imagine derrière la façade de quelques rimes, les images qui naissent comme des courts métrages, les émotions... Je l'ai vu une fois en concert, et il était tout aussi captivant. 

En ce moment je suis plutôt sur son premier album, Repenti (que je préfère au deuxième). J'avais déjà posté une vidéo de la chanson "I was here"

"Ouvrez les yeux car où que j'aille Je laisse derrière moi des entailles, des rayures

Et les gravats qu'il me reste Servent à combler ma tristesse, mes fêlures..."

 

Je découvre surtout l'Iris et la rose que je n'arrivais pas à écouter avant et que je me passe en boucle à présent (j'ai une affection particulière pour ces chansons qui résistent et qu'on ne rencontre que bien plus tard, une fois le reste de l'album assimilé...) 

"Une guêpe s'envole, se pose, butine

Et l'image cogne à ma rétine

Mais déjà mon regard est loin

Je ne sais plus voir le quotidien...

J'aimerais réveiller sans mémoire

Redécouvrir ce que je peux plus voir"

 

Il y a aussi 24H01 que j'aime tout particulièrement:

" Une minute pour se faire la belle

Avoir la lune sous mes semelles

Et les cheveux dans les étoiles

Une minute pour se faire la malle

Et ne plus être ce type normal

Coincé devant le p'tit écran

En rêve j'ai plus de cran

L'aiguille hors du cadran

A 24H01" 

 

Pour ne pas citer les plus connues ("Les voisines", "la lettre", "repenti", "mes racines" -magnifique aussi!)

Et dans son deuxième album, le clan des miros, il y a aussi "Nantes", j'ai un faible pour "Les gens sont fous", la musique de "la rue de l'oiseau lyre", "on n'est pas à une bêtise près", "Aux timides anonymes"..) et là la chanson qui résiste et que je découvre avec ravissement c'est  "Chez toi". Non, en fait il est bien aussi ce deuxième album :)

Commercial, pas commercial, à vrai dire, ça m'est égal. j'ai juste en face de moi quelqu'un qui fait écho en moi, qui éveille des images, des textures et des envies, qui m'amène à creuser et à rêver. Y a de l'humanité qui résonne et c'est la seule chose qui me pousse vers un artiste.

Une interview ici pour ceux que ça intéresse, car il est plaisant aussi à entendre parler

 

Posté par GeraldineBlanc à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,