lundi 20 mai 2013

Baudelaire, les fleurs du mal.

Baudelaire... Les fleurs du mal... LE recueil de poème dans lequel je n'ai jamais pu entrer. 

J'ai essayé plusieurs fois, à différents âges, je n'ai jamais pu.

Je n'y trouvai aucun echo. Je n'en tirai aucune émotion. La couleur de cette langue me semblait sombre et morbide. Et puis, samedi dernier enfin, le déclic. Grâce à la musique!

Je devais trouver quelques poèmes de Baudelaire à travailler pour le concert "Matisse et la musique" à la Chapelle Matisse le 1er Juin prochain. J'avais beau lire et relire, marquer quelques pages, je n'étais pas hyper emballée. Et samedi dernier donc, pendant que l'altiste et la violoniste répétaient les Gnossiennes de Satie pour le concert, je feuilletais le recueil de poèmes pour en sélectionner quelques uns. Et là, avec la musique de Satie derrière, les mots de Baudelaire sont venus à moi comme une évidence. Le son, le sens, l'écho à ma propre histoire et au monde qui m'entoure. J'ai enfin réussi à entrer dans ces poèmes, les uns après les autres. Et .... c'est renversant...

2 - concert3 - concert

Voici donc les poèmes qu'on a choisi de garder pour le concert: (Il y en aura 5).

Les deux qui suivent accompagneront les Gnossiennes de Satie:

 

Elévation

"Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées

Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,

Par-delà le soleil, par-delà les éthers,

Par-delà les confins des sphères étoilées,

 

Mon esprit, tu te meus avec agilité,

Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,

Tu sillones gaiement l'immensité profonde

Avec une indicible et mâle volupté.

 

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;

Va te purifier dans l'air supérieur,

Et bois, comme une pure et divine liquer,

Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

 

Derrière les ennuis et les vastes chagrins

Qui chargent de leurs poids l'existence brumeuse,

Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse

S'élancer vers les champs lumieux et sereins;

 

Celui dont les pensers, comme des alouettes,

Vers les cieux le atin prennent un libre essor,

- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes"

 

 

Erik Satie: Gnossienne 1

Posté par GeraldineBlanc à 21:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,