Heureux, juste heureux. D'être là.

Être moi. N'être que moi.

Auprès des miens. Tant de miens qui me font du bien. Avoir quitté parfois et retrouver surtout. Partager ma route.

Heureux de ne plus avoir besoin de convaincre. Avoir remis en cause les convenances, avoir fui les faux-semblants, recommencer sans relâche. Comme une vigilance de chaque instant.

Dans les épreuves, avoir perdu pieds et m'être relevé.
M'arrêter là un moment. Savourer le chemin parcouru. Ce chemin qui n'est que le mien. Les élans comme les impasses.

Heureux d'être si souvent allé là où je n'aurais jamais cru. Au bout du bout. Avoir repoussé mes limites, avoir cru atteindre l'impossible et être allé pourtant plus loin encore, comme si c'était possible, comme une femme accouche. A chaque fois, en être revenu.
Heureux que ce soit ça la vie, que ça remue, que ça bouscule.

Heureux que les enfants soient ce qu'ils sont. Avec leurs débordements, leurs cris, leurs pleurs, leurs rires, leur immédiateté. Ces enfants qui m'élèvent en me poussant d'un coup franc dans mes retranchements, là où je n'aurais jamais été que sur la pointe des pieds sans eux.

Et quel bonheur de savoir grandir encore...