dimanche 11 mars 2012

Dimanche 11 mars 2012

Bonjour à tous et bienvenue au rendez-vous du dimanche!

Je sens qu'il est temps pour moi de passer à une nouvelle étape. J'ai envie de retravailler mon manuscrit, maintenant que j'ai laissé la pâte reposer (5 mois). Je ne peux pas en rester là. C'est une certitude. J'ai besoin d'aboutir ces heures de travail, d'aller au bout de ce projet qui fait force de nécessité en moi.

Je suis repartie pour plusieurs semaines intensives. Je vais reprendre mon manuscrit dans le but cette fois-ci de le partager, de le donner à lire, de l'achever (j'ai du mal avec ce mot-là, mais je vais tenter en tous cas). Je commence à éplucher les petites maisons d'éditions que je connais très mal puisque comme 99% des gens j'achète surtout des livres dont on parle, ses livres qui sont sur les rayons de la Fnac :) donc je connais très peu de maisons d'éditions indépendantes.

Je vais donc en profiter pour lire des ouvrages de ces maisons-là pour mieux en cerner les lignes éditoriales, et découvrir de nouveaux horizons! Je viendrais partager mes découvertes avec vous au fil du temps.

 

         Cette semaine sur mon blog,  une nouvelle catégorie: "petites douceurs/petites douleurs" qui parle des bonheurs et souffrances du quotidien, et quatre nouveaux articles:

Découvrir (Aimer): La première fois. Découvrir. Se découvrir, découvrir l'autre. Et se perdre. (extrait du roman)

Grandir (Petites douceurs/petites douleurs) ou retourner vers ses racines

Cododoter (Petites douceurs/petites douleurs)ou la vie nocturne intense des parents d'enfants en bas âge :)

S'enraciner (Petites douceurs/petites douleurs). Certains reconnaîtront ce lieu où beaucoup d'entre vous sont passés... (extrait du roman)

 

Bonne visite et à bientôt!

Géraldine

 

Pour rejoindre ma page Facebook, c'est par ici: https://www.facebook.com/pages/Une-chanson-lente/284530104926823 

Pour découvrir mon autre blog, c'est par là: http://uneautreecole.canalblog.com/

Partagez!      Faites tourner!

 

 


mercredi 7 mars 2012

Grandir

Nous chuchotions dans la nuit.

Je retrouvais une odeur d'enfance. Unique. Notre odeur d'enfance.

Je retrouvais tes pieds qui bougeaient dans le lit.

 

Avec certitude découvrir que c'est aussi important pour moi que pour toi. Avant de savoir me laisser aller.

Avec certitude entendre nos coeurs qui vibrent, l'émotion fragile.

L'instant est inestimable. Chacun le veut unique. On repousse les heures, la nuit, le temps. On parle, on se marre. Pour un rien, dans le noir, les yeux grands ouverts. On retarde le retour au quotidien. Moment de grâce suspendu.

 

Revoir mes soeurs d'enfance. Retrouver en elles cette part de moi-même que j'y ai déposé. Au fil des années.

Y retourner comme on retourne vers son pays natal. Empli de notre histoire.

 

Etre adulte:

Ne plus serrer les autres dans ses bras de tout son coeur.

Ne plus courir pour se déplacer dans sa maison.

Ne plus crier, ne plus pleurer, de tout son corps, pour évacuer.

Ne plus rire pour un rien, toutes les cinq minutes, comme une baleine .

Ne plus dormir les uns sur les autres, les uns contre les autres (mmmhh quoi que, en famille nombreuse on retrouve ce bonheur-là facilement :)

Ne plus chuchoter en pouffant des secrets évidents. 

Ne plus s'insurger à la moindre injustice, de toute sa conviction.

 

 

 

 

Posté par GeraldineRuellan à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 6 mars 2012

Instants croqués: cododoter

Un bruit dans la nuit. Des frottements sur le sol, qui glissent, à pas feutrés.
Des pas dans le silence, chuchotants.

Une porte s’ouvre.
Les pas s’approchent, les pas se glissent dans le grand lit. Au chaud sous la couette. Contre maman.

Une respiration reprend son rythme, apaisée. Régulière et profonde. Chassés les loups, les singes et les voleurs.


Dans la pénombre de la nuit, la chaleur du sommeil de mon enfant, tout petit. Contre moi.
Ses mains minuscules l’une contre l’autre posées sur son visage dans cette image d’Epinal de l’enfant endormi.
L’odeur unique de la moiteur de ses cheveux qui transpirent.

Je l’aime tellement infiniment.

Le vent souffle au dehors. Le portail claque.
Le vent souffle, comme une voix. Ronronnant. Apaisant. Enveloppant.

Je quitte ma demi-somnolence pour me rendormir tout à fait.

Posté par GeraldineRuellan à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,